Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

 

Mimosa

  opérette en 4 actes
Texte ROCHE (Laurent) (Livret)
SIBERT (Marc) (Lyrics)
Musique AUPHAN (Auguste)
PEYHOL (Max)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 14 jours
Trianon Lyrique 24/01/1936 - 06/02/1936 14 Création
Distribution à la création
Mme GUISE (Janine) Nelly
Mme LAUDY (Rachel) Odette
Mme MASSON (Simone) Lisette
M. REY (Gaston) Jem
M. MARCHAND (Henri) Bob
M. JOSSELIN (Jacques) Henri
M. MARRIO (Max) Noë
Mme LOUVAIN (Marguerite) Flora

chorégraphie BONAFÉ (Mireille)
direction musicale FRIGARA (Edouard)
mise en scène CARUSO (Frantz)

Cette pièce est l'oeuvre de quatre marseillais, dont la musique n'était pas le métier. Auguste Auphan (décédé avant la première, ce qui justifia la participation de Max Peyhol, qui acheva la partition) et Laurent Roche étaient avocats.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Les plaisirs capiteux de la côte azurée ont séduit Nelly, la petite Irlandaise, en même temps que Jem, son beau partenaire, faisait sa conquête. Leurs serments à peine échangés, Nelly surprend la belle et savante Odette dans les bras de Jem ! Enfer et jalousie !
Pour la rassurer, Jem n'a qu'un moyen : l'enlever. Ils sautent en bateau et vogue la galère... jusqu'à Mexico !

Les ont poursuivis, tous leurs familiers - belle occasion pour eux d'endosser et de danser le boléro - : le tuteur-pasteur et sa brûlante épouse, la rivale Odette et Lisette la soubrette, qui servira, si j’ose dire, d'agent de liaison entre les deux ennemies. Sous ces cieux de braise, l’ardente Odette a repris Jem ; mais que Nelly soit près de s'occire pour lui, et tout aussitôt la coquette touchée fait alliance avec l’ingénue. Il n’est que de rentrer en France et de rendre Jem jaloux de Nelly. Un adorateur inconnu couvrira celle-ci de fleurs et lui rendra, fustigé de dépit, l’amour docile d’un Jem repentant. Et vous devinez que l’anonyme soupirant est dans l’ombre joué par Odette, car, dit-elle, « les femmes qui font profession de n'avoir pas de cœur sont encore celles qui en ont le plus... »

Extrait de "Comoedia", 26 janvier 1936]




Critiques et articles de presse
Comoedia 23/01/1936 Article.
Paris Soir 25/01/1936 Critique par Pierre-Octave Ferroud.
Comoedia 25/01/1936 Article.
(suite)
L'Echo de Paris 26/01/1936 Critique par Luc Henri.
Le Figaro 29/01/1936 Article par Reynaldo Hahn.
La Semaine de Paris 31/01/1936 Critique par Bernard Durieu.
Larousse mensuel 01/03/1936 Critique.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs