Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

 

Nuit d'Argentine

  opérette en 3 actes
Texte MONJARDIN (Alin) (Livret)
BERTAL-MAUBON (Lyrics)
MAUPREY (André) (Livret et Lyrics)
Musique CHÂTELAIN (Amy)
Représentations
Création mondiale (VO) Lausanne (Suisse) Théâtre municipal   18/05/1933
Distribution à la création
Mme LAPLACE (Suzanne)
Mme DUFRESNE (Germaine)
Mme NELSY (Mainou)
Mme MARNY (Jacqueline)
M. CASTRIX (Gérald)
M. BOURDEAUX (Pierre-Marie)
M. DESPUECH (Henry)
M. LABORDE
M. SPERTE (Michel)
M. GIRY (Marcel)

décors MAUCLAIR (Jean)
direction musicale (36 instrumentistes) FICHEFET (Marcel)
mise en scène THILLET TRÉVAL

Le 18 mai 1934, un an jour pour jour après la première de Lausanne, la pièce fut reprise à Genève, avec les mêmes interprètes principaux. Étrangement, la critique de Comoedia fait alors état d'un livret et de lyrics d'André Mauprey. La SACD indique également les deux versions. Le livret semble donc avoir été au moins partiellement réécrit.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Juan Castillejo, jeune Argentin riche à millions, s’est épris, à Paris, d’une vague petite artiste de cinéma : Mado. Résultat, immédiat : il oublie sa fiancée, l’innocente Inès, restée dans les pampas. Avisée de cette nouvelle façon de concevoir la fidélité, une amie d’Inès, Claudia, fait venir la jeune fille à Paris. Aidée par son soupirant Pedro, Claudia place Inès en face de Juan. A la vue de sa fiancée, fort élégante et courtisée, Juan se pique d’amour-propre. Seulement l’emprise de Mado et de sa mère, en mal de mariage, est la plus forte, A l’acte suivant, on se retrouve en une Argentine de fantaisie (plus espagnole qu’américaine), où le Français Mirepoix accepte de se faire passer pour un marquis mufti-millionnaire, épris d’Inès. Juan le surprend, occupé à donner à Inès une sérénade. Juan sent renaître ses sentiments pour Inès et ceux-ci lui reviendront d’autant plus facilement que Mado, apprenant que le véritable marquis a quelques millions de plus que Juan, cherche et parvient à s’en faire aimer. L’amour et la morale seront saufs. C’est tout.

[Extrait de "Comoedia", 29 mai 1933]

Critiques et articles de presse
Comoedia 29/05/1933 Critique par Vincent Vincent.
Comoedia 24/05/1934 Reprise à Genève (mai 1934). Article.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs