Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Lido Lady. Air détaché additionnel, édition belge (Max Alexys) : Pas aujourd'hui

 

Dessin Nobel
 

 

 

Coll. "Images musicales"

Lido Lady. Fantaisie sélection pour piano seul

 

 

 

 

Coll. "Images musicales"

Lido Lady. Sélection piano seul, édition originale anglaise

 

 

 

 

Internet

Lido Lady.

 

Photo
Extr. de : Comoedia, 25.03.1928
 

 

 

BNF Gallica

Lido Lady. Encart publicitaire. Contrairement à ce qui est indiqué, la pièce n'a jamais été représentée aux USA.

 

Extr. de : Comoedia, 23.03.1928
 

 

 

BNF Gallica

 

Lido Lady

 
(trad. de Lido Lady)
  comédie musicale en 3 actes et 7 tableaux
Texte BOLTON (Guy) (Livret)
KALMAR (Bert) (Livret)
RUBY (Harry) (Livret)
JEANS (Ronald) (Livret)
TUTELIER (Charles) (Adaptation française)
GILBERT (Georges) (Adaptation française)
Musique RODGERS (Richard)
ALEXYS (Max) (Airs additionnels)
Représentations
Création mondiale (VO) Londres (Grande-Bretagne) Gaiety   01/12/1926
Représentations à Paris jusqu'en 1944 35 jours
Apollo 24/03/1928 - 27/04/1928 35 Création
Distribution à la création
Mme WARLAND (Violet) Lido Lady
Mme LOUIS (Yvonne)
Mme MIREILLE
M. MUSSIERE (Lucien)
M. VERLEZ (Rodophe)
M. FLEURY (Maurice)
M. VARENNE (Serge)
M. FLORENCIE (Louis) Bill Harker
Mme CEYLAN (Marise)

chorégraphie DORNE (Dolly)
direction musicale (40 instrumentistes) ALEXYS (Max)

Au cours des années 20, la scène anglaise se trouva sinistrée, envahie par les compositeurs américains. Leur succès fut tel que plusieurs d'entre eux, et non des moindres (Kern surtout, mais aussi Gershwin, Porter, Rodgers) écrivirent des oeuvres spécialement pour Londres. C'est le cas de cette "Lido Lady", oeuvre de jeunesse de Richard Rodgers, très différente de ses oeuvres américaines des années 40 et 50, et qui ne fut jamais montée à Broadway.
Pour l'anecdote, elle fut créée à Londres peu de temps après "Just a kiss" ("Pas sur la bouche") de Maurice Yvain et le "Mozart" de Reynaldo Hahn...
La collaboration de Charles Tutelier et de Max Alexys concerne des airs additionnels pour la version française (source SACD), ce qui laisse à penser que la création en Belgique (Casino de Bruxelles) a eu lieu avant celle à Paris.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Spencer Weldon a découvert une formule pour la fabrication des balles de tennis. L’exploitation de son brevet, commandité par Harrison, homme d’affaires et grand protecteur des sports, les enrichira tous les deux. Harrison a une fille, Betty, qui. comme son père, aime et pratique tous les sports. Elle est aimée de Harry Dauboy, jeune fêtard qui vaut mieux que sa réputation. Harry obtient d’un ami. Bill Harker, qu’il l’introduise chez Harrison. Il parvient à émouvoir Betty qui lui accordera sa main s’il devient un grand champion.

Harrison a organisé une réunion sportive à laquelle prendra part Spencer Weldon, champion amateur de boxe, si redoutable que personne ne veut se mesurer avec lui. Harry Dauboy se propose. Il obtient, secrètement de Spencer qu’il se laisse battre ; en échange de ce service, il l’aidera à conquérir le coeur d’une artiste cinématographique, Mary Crackword, et voici ce qu’il imagine : son ami et complice, Bill Harker, tombera à l’eau, feindra de se noyer et Spencer, héroïque à bon compte, le sauvera sous les yeux de Mary Crackword, enthousiasmée.

Malheureusement, Mary Crackword, assoiffée de publicité, ayant eu la même idée que Harry, a déjà obtenu de Bill qu’il se jette à l’eau, afin d’être sauvé par elle, en présence du "Tout-Lido". Spencer, qui ignore cette entente, devance le geste de Mary ; furieuse, l’actrice lui crie son dépit et lui avoue sa supercherie. Spencer s’imagine que Harry l’a trahi : il annule les conventions établies entre eux pour le match et inflige au prétendant à la main de Betty une sévère correction. Betty serait, malgré cette défaite, émue par le courage de Harry si un aventurier — qui se dit être le fameux champion de tennis Gonzalès Rodrigo — ne lui révélait les intentions déloyales de l’apprenti boxeur.

Déçue, elle affirme qu’elle ne reverra jamais Harry ; mais le faux Rodrigo et sa complice ont dérobé dans le veston de Spencer la formule qui doit assurer la fortune de Harrison. Celle-ci est retrouvée par Harry Spencer qui, enrichi, n'aura pas de peine à conquérir Mary Crackword et Betty accorde à son amoureux un pardon qu’elle ne songeait guère à lui refuser.

[extrait de "Comoedia"]

Critiques et articles de presse
Comoedia 23/03/1928 Article par LH.
Le Gaulois 25/03/1928 Article par Louis Schneider.
Comoedia 25/03/1928 Article par Pierre Maudru.
(suite)
Le Matin 26/03/1928 Critique par Jean Prudhomme.
Journal amusant 08/04/1928 Critique par René Nazelles.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : SEMFA (Société des éditions musicales franco américaines), 1929

Atlantic blues
Lido Lady


Enregistrements 78T/mn
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Here in my arms / SINGING SOPHOMORES (orchestre)
COLUMBIA 4193 (1928)
chanté en anglais
It all depends on you / LAYTON, JOHNSTONE (chant)
COLUMBIA 4398 (1928)
chanté en anglais

 / 
It all depends on you / WHITEMAN (Paul) (orchestre)
GRAMOPHONE K 5224 (1928) - Coll. Jacques Gana

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs