Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Le Roi du cirque. Encart publicitaire ("Ainsi va l'amour")

 

Extr. de : Le Matin, 21.11.1937
 

 

 

BNF Gallica

 

Le Roi du cirque

 
ou Ainsi va l'amour !...
  opérette en 2 actes et 16 tableaux
Texte MAUPREY (André) (Livret)
Musique ALEXYS (Max)
Représentations
Création mondiale (VO) Bruxelles (Belgique) Alhambra   14/10/1936
Représentations à Paris jusqu'en 1944 38 jours
Gaîté Lyrique 16/10/1937 - 22/11/1937 38 Création
Distribution à la création
M. LE CLÉZIO (Henri)
M. PASQUALI (Fred)
M. MORTON (Georges)
M. DHURTAL (Allain)
Mme VIARD (Mary)
Mme GOSSEN (Suzy)
Mme SUFFEL (Madeleine)
Mme ZICK (Zéna)

En novembre 1937, le titre de la pièce fut changé en "Ainsi va l'amour !..." (qui était le titre d'un des morceaux de la partition).
Selon Excelsior, la pièce avait été créée à l'Alhambra de Bruxelles le 25 mars 1937.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Le rideau se lève sur un campement de cirque ambulant, Billy clown-acrobate-régisseur-écuyer tombe du ciel ou plutôt du cintre à l’aide d’une corde lisse — il nous semble que déjà André Baugé avait fait une entrée analogue qui n’est pas à la portée de tous les acteurs. Billy est amoureux d’une femme de la troupe. Ce n’est pas la femme à barbe mais simplement — effet de maquillage — une femme à moustaches.

Tout ceci ne fait que nous préparer à voir le formidable, l’extraordinaire, le génial Harry Cross, le patron, le roi du Cirque. Entendons-nous bien. Harry est pour tout le monde un simple directeur de cirque ambulant, mais nous, les initiés, nous savons qu’en réalité c’est un Lord passionné de la piste, un Lord en barres... parallèles. Chut ! n’ébruitons pas ce mystère.

Aux environs de l’endroit où campe le cirque est le château de Lord Chipperdale. Le grand seigneur est dans la marine de Sa Majesté, ce qui lui permet d’arborer un uniforme que l’amiral suisse lui envierait. Vous pariez qu’il va donner une fête, qu’il invitera Harry Cross non point sous le nom d’Harry

Cross mais de Lord Clifford ; vous pariez ensuite que l’amiral a une fille et que cette fille est amoureuse d’Harry ; vous pariez encore que l'on fait appel au cirque tout proche pour fournir la partie artistique de la réjouissance et permettre au corps de ballet de la Gaîté de déployer ses grâces ; vous pariez enfin que les artistes du « chapiteau » seront éberlués de voir le « patron » dans ce rôle d’homme du monde. Vous avez gagné votre pari mais vous n’avez pas gagné le fou-rire.

L’amiral — qui décidément connaît mal ses hôtes — a convié un couple que nous devinons à leur allure être un couple inquiétant : une aventurière russe, Vera, et un aventurier anglais, Barnett. Ces tristes personnages veulent voler des documents que le maître de la maison tient enfermés dans son coffre-fort ainsi que cinquante mille livres qui doivent s’y trouver également. Pour cela Vera cherche à enjôler Harry afin de l’écarter de la maison et Barnett entreprend Mirbelle, l’admirable fille de l’amiral.

Tout ceci nous conduit à une fumerie d’opium à cause d’un certain ballet chinois et aussi pour placer un tableau d’obscurité renouvelé de Rose-Marie. Harry vient arracher Mirbelle à ce lieu de perdition. Il a sauvé la fille des mains des magots chinois mais il n’a pas sauvé le magot du papa. Les documents et les livres sterling ont quitté le coffre-fort.

Pour les livres sterling Harry arrive a la rescousse. Il a une idée — pour nous il a dû la puiser dans une opérette. Au cours d’une seconde fête — sans doute l’amiral ruiné a-t-il pu se procurer les petits fours à crédit — Mirbelle vendra un baiser aux enchères et Harry achètera ce baiser cinquante mille livres.

Ingénieux, n’est-ce pas ? Heureusement que la jolie miss fait le détail car au cours du change cinquante mille livres pour les lèvres seulement... Laissons l’arithmétique et enchaînons.

Il reste à retrouver les documents. L’aventurière Vera vient trouver Harry au cirque dans sa roulotte qui est grande comme la scène de la Gaîté. Elle est séduite par ses bottes d’écuyer et sa veste de dompteur. Les remords l’assaillent et elle livre à celui qu’elle aime sans espoir le secret de son complice : Barnett porte les documents dans sa poche.

Le dénouement ne se fait pas attendre. Au cours de la représentation du cirque à laquelle assiste Barnett dans la loge de l’amiral et de sa jolie fille, Harry, toujours en bottes d’écuyer et en veste de dompteur, exécute des tours de prestidigitation. Vous avez deviné ? Vous êtes trop intelligent. On fait disparaître le lapin. Le lapin est passé où? Dans la poche du monsieur. Les documents y sont et c’est pour avoir l’honneur de vous remercier.

[Extrait du "Petit Bleu", 22 octobre 1937]

Critiques et articles de presse
Excelsior 05/03/1937 Création à Bruxelles, mars 1937. Avant-première.
L'Oeuvre 02/10/1937 Article par Raoul Brunel.
Le Matin 14/10/1937 Annonce.
Excelsior 14/10/1937 Avant-première.
L'Echo de Paris 15/10/1937 Article par Georges Hennebert.
Paris Soir 17/10/1937 Article.
L'Echo de Paris 18/10/1937 Article par Adolphe Boschot.
Journal des Débats 18/10/1937 Article par Henri de Curzon.
Le Matin 19/10/1937 Article par Jean Prudhomme.
Le Petit Parisien 19/10/1937 Article par Henry Bénazet.
Le Jour 20/10/1937 Article par Maurice Yvain.
Excelsior 21/10/1937 Critique par Emile Vuillermoz.
Candide 21/10/1937 Critique par Emile Vuillermoz.
Le Ménestrel 22/10/1937 Article par Roger Vinteuil.
Paris Soir 22/10/1937 Article par Intérim.
Le Petit bleu 22/10/1937 Article par Adhémar de Montgon.
Le Journal 28/10/1937 Article par Louis Aubert.
Miroir du Monde 29/10/1937 Article par Henry Bénazet.
Le Monde illustré 30/10/1937 Musiques nouvelles. critique par Gustave Samazeuilh.
Le Matin 21/11/1937 Tournée sous le titre "Ainsi va l'amour !". Encart publicitaire.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Choudens, 1937

Partition complète (182 p.)
Ah ! Comme c'est bon !
Ainsi va l'amour
Annouchka
Au trot du petit baudet


Enregistrements 78T/mn
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Ah ! Comme c'est bon / PRUD'HOMME (Emile) (orchestre musette)
ODEON 279281 (1937)
Au trot du p'tit baudet / PRUD'HOMME (Emile) (orchestre musette)
ODEON 279281 (1937)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs