Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Nuits perverses. "L'amour libre !", version originale (octobre 1911)

 

Photo Auguste Bert (1856-19?)
Extr. de : Comoedia, 19.10.1911
 

 

 

BNF Gallica

Nuits perverses. Encart publicitaire

 

Extr. de : Paris Soir, 29.02.1936
 

 

 

BNF Gallica

 

Nuits perverses

  Opérette en 3 actes et 4 tableaux
Texte ADENIS (Edouard) (Livret et Lyrics)
Musique CHOBILLON (Charles)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 65 jours
Mayol 29/02/1936 - 03/05/1936 65 Création
Distribution à la création
M. URBAN (André) Plebyros
M. NELLSON (Gustave)
Mme REVEL (Germaine)
Mme NOOKY-MAY
Mme DEBRET (Lucy)
M. MARCHE (Fred)

Version modernisée de "L'Amour libre", de Rodolphe Berger (Moulin-Rouge, 17 octobre 1911). J'ignore ce qui reste de la musique originale dans la partition de Charles Chobillon. Selon un programme ultérieur, il y eut 103 représentations.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Les femmes athéniennes décident, au cours d’une révolution, de proclamer la liberté de l’amour... Dame ! en l’occurrence, chaque femme prêchait pour son sein !... Or, il advient que le mari de la présidente de la nouvelle République, Bicpyros, n’est pas fâché d’user de l’occasion que lui procure la nouvelle réglementation amoureuse pour aller se réfugier avec la charmante Lysillas - qui multiplie les passes... et les démarches - dans une... nichonnière d’amour. La vertu conjugale de Bicpyros va sombrer, lorsqu’une vieille femme se présente à lui et exige l’application de l’article 3 du nouveau code des amoureux : Toute vierge, âgée de moins de quarante-cinq ans, qui n’aura pas connu les mystères d’Eros, aura le droit de réquisitionner le premier homme qu’elle trouvera sous sa main pour l’initier... Vous devinez que la vieille femme n’est autre que la Présidente elle-même, venue pour surprendre son volage époux, et à cette rencontre fortuite, l’un et l’autre se reconnaissent des qualités qu'ils ne soupçonnaient point... Aussi bien la nouvelle République féministe est-elle renversée et, le mariage étant remis en honneur, chacun retrouvera auprès de sa chacune des joies jusqu’alors méconnues... On ne saurait être plus moral.

[Extrait de "Comedia", 19 octobre 1911, résumé de la version originale "L'amour libre" de Rodolphe Berger]

Critiques et articles de presse
Comoedia 19/10/1911 L'amour libre !, version originale (octobre 1911). Article par Fernand Rouvray.
Paris Soir 29/02/1936 Avant-première.
Le Matin 10/03/1936 Critique.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs