Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Bigoudis.

 

Photo Comoedia
Extr. de : Comoedia, 21.07.1923
 

 

 

BNF Gallica

 

Bigoudis

 
ou Les Jumelles audacieuses
  opérette en 3 actes
Texte HOERTER (Victor) (Livret)
SAINT ARMAND (Jacques) (Livret)
Musique BELLECOUR (Maurice)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 58 jours
Moulin Bleu 14/07/1923 - 09/09/1923 58 Création
Distribution à la création
Mme RANTZA (Pearl) Bigoudis
Mme RAMONDOU (Kepha) Lucette
Mme NYSSOR (Fernande) Madame Toche
M. PASTORE (Paul) Max
M. DERBLAIS (René) Marius
Mme LYER (Lys) Mme Tirelaine
M. ROSENTHAL Le Coiffeur
Mme MURCY (Ginette) La Petite coiffeuse
Mme BASSET (Gaby)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Mme Toche, parfumeuse, n’ayant que des rapports lointains avec celle d’Offenbach, n’eut jamais froid aux yeux. De ce manque de froideur, eût dit Montépin, deux jumelles naquirent : or, ayant deux amants en titre, Mme Toche répartit équitablement la paternité, attribuant à chacun d’eux une des filles. Ce pourquoi elle interdit à Lucette de l’appeler maman, à cause du « père » de sa sœur...! L’audace des jumelles - il ne s’agit pas en la circonstance des lorgnettes de théâtre - consiste à accorder leurs faveurs... avant la lettre aux hommes qu’elles souhaiteraient épouser. Lucette est éprise d’un nègre. Sa sœur d'un jeune imbécile qui, sans être nègre ne se voit pas blanc dès qu’approche la terrible Mme Toche, à qui on ne la fait pas. Ajoutez à cela Marius, coiffeur-chimiste, dont la parfumeuse voudrait faire son gendre et qui, de son côté, est épris d’une négresse, et un bataillon de jeunes personnes à tout faire et dont les jambes jouent vraiment très bien l’opérette. Sachez enfin, que Lucette, lâchée par son nègre qui file avec la négresse de Marius, épousera ce dernier, et que sa jumelle, qui répond au nom de Bigoudis et dont sa mère est coiffée, sera unie en justes noces à son séducteur.

[Extrait de "Comoedia", 21 juillet 1923]

Critiques et articles de presse
Comoedia 21/07/1923 Critique par Jean Gandrey-Réty.
Le Gaulois 22/07/1923 Article par Louis Schneider.
La Rampe 05/08/1923 Critique par Pierre Landry.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs