Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

La Ceinture de Vénus. Représentation : le final de la fête des vendanges chez Bacchus

 

Photo Jules Sabourin
Extr. de : La Rampe, 09.01.1921
 

 

 

BNF Gallica

La Ceinture de Vénus. Un des tableaux du 3e acte

 

Photo Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 18.12.1920
 

 

 

BNF Gallica

La Ceinture de Vénus. Simone Judic

 

Photo Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 18.12.1920
 

 

 

BNF Gallica

La Ceinture de Vénus. Le dernier tableau du 3e acte

 

Photo Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 18.12.1920
 

 

 

BNF Gallica

 

La Ceinture de Vénus

  opérette féérique à grand spectacle en 3 actes et 25 tableaux
Texte GORSSE (Henri de) (Livret)
DARLAY (Victor) (Livret)
Musique ASSE (Florent d') (Arrangements)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 73 jours
Apollo 17/12/1920 - 27/02/1921 73 Création
Distribution à la création
Mme JUDIC (Simone) Irma
Mme ALVAR (Andrée) Cupidon
Mme MYRTIL (Odette) Vénus
M. BRASSEUR (Albert) Général Mars
M. FREY (Fernand) Mercure
Mme HOLT (Rosa) Calypso
Mme SARBEL (Marthe) La Grande Mélie
Mme DRAWIS (Yvonne) Boby
Mme FLY (Huguette) Lulu

chorégraphie STICHEL (Mme)
chorégraphie POMÉ (Miss)
costumes LEMARCHAND (Louis)
décors FREY (Eugène)
direction musicale ASSE (Florent d')
mise en scène LEMARCHAND (Louis)

Programme
1920 Apollo
Coll. Jacques Gana

La musique est une compilation d'oeuvres de compositeurs divers, non répertoriés, par Florent d'Asse, chef d'orchestre habituel de l'Apollo à cette époque.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Les 25 tableaux de la pièce sont consacrés à la poursuite de la ceinture de Vénus, - ceinture dont se dégage une puissance magique qui rend infailliblement tous les hommes amoureux de la femme qui la porte. Mars, sur le point d’être pris en flagrant délit avec sa maîtresse Vénus, dans son affolement jette la fameuse ceinture et, par un curieux effet de lumière, nous assistons à travers l’espace à une course effrénée de Mars, monté sur Pégase et courant après l'écharpe verte. Celle-ci finit par tomber à Paris où, à la suite de mille péripéties, elle est tour à tour en la possession de Mars, de Mercure et d’Arsène Lupin qui se la dérobent mutuellement. Finalement tout s’arrange pour le mieux et nous retournons dans l’Olympe avec les dieux pour assister au bonheur parfait qui ne peut manquer d’y régner.

[Extrait de "La Presse", 18 décembre 1920]

Madame Calypso est une des couturières les plus achalandées de l’Olympe. Elle a, parmi ses clientes, Vénus, déesse de l’Amour. Mais celle-ci est aussi mauvaise payeuse qu’elle est belle, et Madame Calypso, malgré des demandes réitérées, n’arrive pas à obtenir d’elle le règlement d’une très importante facture.

Mais voici que Mercure, dieu des voleurs, qui est follement amoureux de Vénus, et qui a déjà fait en pure perte un nombre incalculable de tentatives, pour obtenir ses faveurs, vient confier son désir à Madame Calypso, qui, en même temps qu’elle fournit ses clientes de belles toilettes, facilite aussi leurs amours.

«Vénus, se dit cette aimable personne, sera trop heureuse de faire régler sa note par Mercure, car elle n’en est pas, en somme, à un amoureux près».

Malheureusement pour Madame Calypso, Vénus est, en ce moment, éperdument éprise du Général Mars, dieu de la guerre, dont elle est d’ailleurs la maîtresse. Aussi, la déesse repousse-t-elle avec hauteur le pauvre Mercure, lorsque celui-ci est mis en sa présence par l’obligeante couturière.

Mercure et Madame Calypso, également furieux de cette déconvenue, jurent aussitôt : le premier de se venger, et la seconde de révéler au dieu Vulcain, mari de Vénus, les frasques galantes de sa femme, si la déesse ne lui règle pas sa note dans les trois jours.

Trois jours !.. Ce serait un délai bien court, si Vénus n’avait à sa disposition sa fameuse ceinture divine, qui lui donne sur les hommes et les dieux un pouvoir et un charme irrésistibles, et grâce à laquelle elle obtient tout ce qu’elle veut de l’excellent Vulcain. Vénus accepte donc le marché, mais mal lui en prend, car Vulcain, prévenu par une lettre anonyme envoyée par Mercure, que sa femme a pris aujourd’hui rendez-vous chez Madame Calypso avec le Général Mars, survient tout à coup pour pincer les deux coupables en flagrant délit.

Et le Général Mars, dans son affolement, jette par la fenêtre la ceinture de Vénus, qui, après un long voyage à travers l’espace, tombe sur Paris !

C’est là que Mars et Vénus ont à aller, pour essayer de la retrouver dans le délai de trois jours, et la recherche de la ceinture de Vénus, contrecarrée par Mercure, se déroule dans les milieux les plus parisiens, rue de la Paix, au thé du King George, puis hors de Paris, à Deauville sur cuirassé anglais, etc.

Et celà, jusqu’au moment où Vénus, de retour au pays des dieux, la retrouve à la taille d’une petite fleuriste parigote, que son fils a «levée» à Paris, et qu’il a ramenée à l’insu de sa maman dans l’Olympe.

[Extrait du programme original, Apollo, 1920]

Critiques et articles de presse
Le Gaulois 16/12/1920 Avant-première.
Comoedia 16/12/1920 Avant-première par Robert de Thiac.
Le Gaulois 17/12/1920 Article publicitaire.
Comoedia 17/12/1920 Répétition générale par Robert de Thiac.
Comoedia 18/12/1920 Critique par Max Viterbo.
L'Intransigeant 18/12/1920 Article par Lucien Descaves.
La Presse 18/12/1920 Article par Jane Catulle-Mendès.
La Rampe 22/12/1920 Critique par Albert Pournain.
Le Ménestrel 24/12/1920 Critique par PS.
La Rampe 09/01/1921 Critique par G. de Laplane.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs