Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Mam'zelle Vendémiaire. José Delaquerrière dans "Mam'zelle Vendémiaire" de Germaine Raynal (reprise, 1920)

 

Photo
 

 

 

Coll. Liliane Delaquerrière RIchardson

Mam'zelle Vendémiaire. Partition complète chant et piano, 1917

 

Dessin
 

 

 

Coll. Jacques Gana

 

Mam'zelle Vendémiaire

  Opérette en 3 actes et 4 tableaux
Texte FOUCHER (Armand) (Livret)
LÉNÉKA (André) (Livret)
Musique RAYNAL (Germaine)
GILLET (Ernest)
Représentations
Création Paris Apollo   10/02/1917
Représentations à Paris jusqu'en 1944 17 jours
Gaîté Lyrique 28/03/1919 - 13/04/1919 17 Création
Distribution à la création
Mme CAMIA (Renée) Florise, mam'zelle Vendémiaire
Mme BERNALS (Jenny) Joséphine de Beauharnais
Mme DALMONT (Yvonne) Thalie
M. ANDAL Papillot
M. MASSART (Alphonse) Bompard
M. MARRIO (Max) Murad Pacha
M. PHILIPPON (Ernest) Moukher
M. SIDONAC (Robert) Le Marquis de la Motte Brisée
M. ARBELL (Harry) Bonaparte
M. DEGRANGE Fouché
M. BRESSY (P.) Barras
Mme GIRARD (Marguerite) Madame Tallien

chorégraphie BRIANZA (Carlotta)
direction musicale LE BAILLY (Victor)
direction musicale BERGALONNE
mise en scène EDMOND (Paul)

Programme
1919 Gaîté Lyrique (reprise)
Coll. Jacques Gana

Une partie des acteurs de la distribution de 1917 à l'Apollo figurent dans cette reprise (Massart, Sidonac, Jenny Bernals...). A noter dans cette distribution 1917 une future star du genre dans le tout petit rôle de l'esclave : Davia.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× A la fin de l’époque révolutionnaire, une des plus héroïques et colorées de l’Histoire de France, le Directoire et le Consulat, le surnom de Mam’zelle Vendémiaire a été donné à une jolie petite glacière, Florise Bompard, qui, le jour même du 13 Vendémiaire, où la Convention fut sauvée par Bonaparte, eut l’occasion de rendre service à ce dernier, dont elle s’est secrètement éprise.

Or, Papillot, marmiton de Bompard, recueilli et élevé par celui-ci, aime Florise, ose demander sa main et se fait éconduire énergiquement. Rêvant, à son tour, lauriers, comme Bonaparte, son brillant rival, il se fait militaire pour enlever le cœur de sa gentille patronne. Et tandis que le bénévole Bompard conspire avec le marquis de la Motte-Brisée, un irréductible ennemi du nouveau régime, Florise se fait vivandière,rejoint Bonaparte en Egypte et le sauve du piège dans lequel l’a attiré Murad Bey, complice de Moukher, agent autrichien.

Après de palpitantes péripéties nous retrouvons la jeune fille à la Malmaison, dans le boudoir de Joséphine qui, aidée de Bonaparte, marie Florise à Papillot, son frère de lait, qu’elle arrive à aimer.

Et, généreusement, le Premier Consul pardonne à Bompard, en souvenir des services rendus par sa fille et nomme Papillot capitaine.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
Excelsior 29/03/1919 Annonce.
Le Figaro 30/03/1919 Critique par Antoine Banès.
Le Matin 01/04/1919 Critique par Fred Orthys.
La Rampe 19/10/1919 Reprise au Th. Montparnasse (octobre 1919). Critique par Pierre Landry.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig,

Partition complète (239 p.) 1919
Livret (172 p.) 1918


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs