Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

La Belle traversée. Partition complète (24 x 32 cm)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

La Belle traversée. Lettre à M. Flon, chef d'orchestre du théâtre d'Angers (1935)

 

 

 

 

Internet

 

La Belle traversée

  opérette en 2 actes et 7 tableaux
Texte PICAVET (Jean) (Livret)
KARQUEL (André) (Livret)
Musique BERTHOMIEU (Marc)
Représentations
Création Angers Th. municipal   23/11/1935
Représentations à Paris jusqu'en 1944 15 jours
Alhambra 30/04/1937 - 14/05/1937 15 Création
Distribution à la création
M. DORVILLE (Henri) Jean Barsac
M. RÉVOL (Max) Bernard Cavignac
M. VIGNEAU (Daniel) Nounou
Mme REVOIL (Fanély) Arlette Berthier
Mme LABB (Benoite) Adèle

direction musicale MÉLÉ (Fred)

Programme
1938 Opéra municipal de Montpellier (reprise)
Coll. Jacques Gana

La distribution indiquée est celle de 1937 à Paris. La distribution originale à Angers ne contient que des interprètes locaux.

Les registres de la SACD font état d'une création originale au théâtre Michel le 22 juin 1935 (sous le titre "Le Ruban bleu"), mais celle-ci semble être restée à l'état de projet : à cette date, le théâtre Michel donnait "Les Amants terribles", pièce parlée de Noël Coward.

En revanche, Comoedia indique, le 29 juin 1935, une création partielle à Paris, salle d'Iena, sans doute en version de concert. Au même programme, figurait "Un bal en 1830", ballet également composé par Marc Berthomieu.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Jean Barsac dit "Jean Bart" riche armateur a engagé toute sa fortune et celle de son ami le Commandant Mestras sur un bateau qui doit ravir le "Ruban Bleu" aux autres nations.

Au premier acte, au cours d’une soirée donnée en l’honneur du départ, Simonne la nièce de Jean Bart s’éprend du jeune Lieutenant de Vaisseau Cavignac. Mais celui-ci aime Arlette, une aventurière, qui, pour de l’argent, se met au service du capitaine Buxton agent d’une Compagnie rivale, afin de saboter le bateau de Jean Bart et lui faire perdre le "Ruban Bleu".

Simonne doit prendre le départ avec son oncle et Nounou, domestique dévoué et Adèle la fiancée de celui-ci.

Au deuxième acte, le drame se déroule. Arlette essaye d’abord de séduire Cavignac, afin qu’il ne puisse voir le sabotage, Barsac s’en aperçoit et pour que Cavignac revienne à Simonne, il fait lui-même la cour à Arlette, qui avait donné rendez-vous à Cavignac dans sa cabine.

Mestras qui a des doutes sur Buxton, charge Nounou de le surveiller. Celui-ci avec Adèle décide d’assommer Buxton d’un coup de matraque.

Tout à coup le "Jean Bart" a des ratés affollement général Barsac, Mestras et les officiers se réunissent en conseil de guerre. Quelqu’un a saboté le navire. Nounou au lieu de frapper Buxton, fend le crâne à Mestras qui avait perquisitionné dans la cabine de Buxton.

Tous les officiers donnent leur emploi du temps, sauf Cavignac qui ne peut compromettre Arlette.

Il est donc considéré comme coupable.

Au troisième acte, à Rio de Janeiro, réception en l’honneur du "Jean Bart".

Cavignac est aux arrêts sur les instance de Simonne, Barsac demande à Arlette de sauver Cavignac. Arlette avoue, Cavignac ne peut-être coupable puisque au moment du sabotage il était dans sa cabine.

Tout se dévoile, Cavignac dit son amour pour Simonne et dit la vérité. Simonne pardonne et tout finit par des mariages et des chansons.

[Extrait du programme de la reprise, Opéra de Montpellier, 1938]

Critiques et articles de presse
Comoedia 29/06/1935 Article par Madeleine Portier.
Excelsior 04/05/1937 Critique par Emile Vuillermoz.
Le Figaro 05/05/1937 Article par Reynaldo Hahn.
Paris Soir 07/05/1937 Critique par Intérim.
Le Ménestrel 14/05/1937 Critique par Roger Vinteuil.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Choudens, 1936

Partition complète (161 p.)
Le Plus doux des rêves
Livret (44 p.)

Enregistrements originaux ECMF

Cliquez pour lire le document

Enregistrement intégral d'après la partition
complète chant-piano originale (Enrgt. 2002)


Enregistrements 78T/mn
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création

 / 
Un soir, une heure / VANNI MARCOUX (chant)
LA VOIX DE SON MAITRE K 7796 (1934) - Coll. Jacques Gana
acc. orch. dir. Edouard Bervily

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs