Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

MIREILLE

Nom pour l'Etat civil : Mireille Hartuch
Naissance : Paris, 30/09/1906
Décès : Paris, 29/12/1996 (90 ans)
 
Mireille

 

Photo Gaston et Lucien Manuel
Extr. de : Comoedia, 14.10.1932
 

 

 

BNF Gallica

À la belle bergère.

 

Photo
Extr. de : Excelsior, 02.04.1933
 

 

 

BNF Gallica

A la belle bergère. Mireille

 

Photo Gaston et Lucien Manuel
Extr. de : Comoedia, 08.04.1933
 

 

 

BNF Gallica

À la belle bergère.

 

Photo
Extr. de : Excelsior, 09.04.1933
 

 

 

BNF Gallica

Phi-Phi. Reprise aux Bouffes Parisiens (juin 1933). Urban, Regina Paris, Mireille, Gustave Nelsson

 

Photo
Extr. de : Comoedia, 13.07.1933
 

 

 

BNF Gallica

Mireille dans le film "Les 28 jours de Clairette" (1933)

 

Photo GFFA
Extr. de : Cinémonde, 231, 1933
 

 

 

Coll. Bib. F. Truffaut

Vallès, Berval, Mireille, Sinoël, Marguerite Templey dans le film "Chourinette" (1934)

 

Photo
Extr. de : Ciné Magazine, 01.02.1934
 

 

 

Coll. Cinémathèque française

Mireille

 

Photo
Extr. de : Ciné Magazine, 04.10.1934
 

 

 

Coll. Cinémathèque française

Mireille

 

Photo Intran Studio
Extr. de : Cinémonde, 325, 1935
 

 

 

Coll. Bib. F. Truffaut

Mireille (en 1935)

 

Photo
 

 

 

Mireille

 

Photo
 

 

 

Mireille (date inconnue)

 

Photo Willy Michel
 

 

 

Coll. J.-C. Curtet

Mireille

 

Photo Gaston et Lucien Manuel
Extr. de : Programme original de "Flossie" (Bouffes Parisiens, 1929)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Mireille

 

Photo Piaz
Extr. de : Programme original de "Phi-Phi" (reprise, Bouffes Parisiens, 1933)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Oeuvres
  16 j.
À la belle bergère 1933 16 J.
Articles de presse
Candide

06/04/1933

Mireille, fée du rythme. Article par Odette Pannetier.
Cinémonde

13/04/1933

Mireille... n'a pas le temps de penser à l'amour. Article par Odile D. Cambier.
Comoedia

27/12/1936

Emmanuel Berl, écrivain, va épouser Mlle Mireille, comédienne et compositeur. Article.

Elle passe souvent pour la première femme compositrice de musique légère, ce n'est pas tout à fait exact : elle avait été précédée par Jane Vieu, puis Germaine Raynal et Louis Urgel (Louise Legru). Mais ce fut de loin la plus médiatique !

Mireille débute en 1929 comme comédienne et chanteuse, d'abord en France dans "Le Renard chez les Poules" de Tiarko Richepin et "Flossie" de Joseph Szulc, puis à partir de novembre à Broadway dans la version américaine du "Au temps des valses" ("Bitter sweet") de Noël Coward (rôle de Manon la Crevette). Elle restera aux USA jusqu'en 1931, tournant même en tant qu'actrice dans deux films à Hollywood.

De retour en France en 1932, elle s'essaye à la composition en compagnie du parolier Jean Nohain, dans un courant qui comprend aussi Pascal Bastia, Michel Emer, Pills et Tabet, Claude Dauphin et Jean Sablon, et un peu plus tard Charles Trenet et Johnny Hess. Elle compose une comédie musicale nommée "Fouchtra", qui ne sera jamais montée mais donnera tous ses premiers succès une fois chantés par Pills et Tabet (dont le célèbre "Couchés dans le foin"). Certains de ses titres seront regroupés sous le nom générique de "Un mois de vacances, opérette discographique" (également titre de l'album publié par Raoul Breton).

Elle écrit dans la foulée une comédie musicale, "A la belle bergère", qui a le tort de sortir le 8 avril 1933, soit une semaine après "Dix-neuf ans" de Pascal Bastia (27 mars 1933) qui relève du même style. Pascal Bastia connaît le triomphe, Mireille l'échec.

Pourtant, il est vraisemblable que la faute en était plutôt au livret de Jean Nohain - très loufoque, dans l'esprit des livrets que son père Franc-Nohain écrivait pour Claude Terrasse 30 ans plus tôt -, à l'accompagnement - deux pianos - moins flatteur que l'orchestre de jazz de Pascal Bastia, et surtout à la critique assassine qui dénia d'avance à la compositrice les qualités nécessaires pour écrire une pièce complète.

Trois mois plus tard, elle tenait sur la scène des Bouffes Parisiens le rôle d'Aspasie dans une reprise de Phi-Phi, une valeur sûre !

Mireille ne fera plus aucune tentative dans le genre, si ce n'est au début des années 60 pour une pièce pour enfants, "L'Ours Colargol", puis en 1980 avec "Le Journal intime de Caroline Pétard", coécrit avec Jean-Noël Dupré dans le cadre de son Petit Conservatoire de la Chanson.

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs