Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Oh ! Oui !. Air détaché (chant-piano), édition originale

 

Dessin
 

 

 

Internet

Oh ! Oui !. Air détaché (piano seul) : Couplets de Bobby

 

 

 

 

Internet

 

Oh ! Oui !

 
ou Baron Vadrouille / L'Amour baron / Oui ! Oui !
 
(trad. de Der Juxbaron)
  opérette en 3 actes
Texte PORDES-MILO (Alexander Sigmund) (Livret)
HALLER (Hermann) (Livret)
WOLFF (Willi) (Livret)
MAUPREY (André) (Adaptation française)
Musique KOLLO (Walter)
Représentations
Création mondiale (VO) Hambourg (Allemagne) Carl Schultze-Theater   14/11/1913
Création en France
(ou en langue française)
Rouen Th. français   01/02/1929
Représentations à Paris jusqu'en 1944 20 jours
Eldorado 11/06/1929 - 30/06/1929 P 20 Création
Distribution à la création
M. RENÉ (Fernand) Ganard
M. BERGER (Max) Bobby
M. NORMAN (Daniel) Paul Sénac
M. FRANK (Charles) Bayard
M. LE PIN (Fred) François
Mme DECHESNE (Mariette) Minne
Mme DUVERNET (Paulette) Niquette
Mme YRIEL (Yette) Mélina
Mme LORIG (Jane) Mme Bayard
Mme DAUBRAC (Lise) Estelle

chorégraphie LESLEY (Noreen)
direction musicale CLIQUET-PLEYEL

Programme
1929 Eldorado
Coll. Jacques Gana

La partition française contenant son lot de fox-trot et autres danses à la mode dans les années 20, il est peu vraisemblable qu'elle respecte complètement l'original de Walter Kollo, composé en 1913. Je n'ai cependant pas trouvé trace d'une version allemande remaniée dans les années 20.
Le titre sur la partition complète et lors de la création à Rouen était "Oui ! Oui !". La pièce fut remontée ultérieurement en Suisse et en Belgique (jusqu'en 1999) sous le titre plus fidèle à l'original de "Baron Vadrouille".

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Acte I.
Paul Sénac a épousé Niquette, nièce de M. et Mme Bayard, les célèbres fabricants de margarine. Mais Mme Bayard n'accordera à Niquette la dot de 500.000 francs qu'elle lui a promise que si Paul justifie la réputation qu'il s'est faite d'avoir pour amis des gens du grand monde. Pour cela, le jeune marié a invité son camarade le baron Robert de Chenevière, dit Bobby, parisien fameux par son élégance et sa richesse. Mme Bayard a naturellement conçu l'idée de faire épouser sa seconde nièce Minne, par le baron Robert. Malheureusement, celui-ci s'est épris d'une jeune motocycliste qu'il a rencontrée sur la route. Il vient simplement pour s'excuser et repart à la poursuite de sa conquête. Or, un joyeux chemineau du nom de Ganard est venu demander un verre de vin. Pourquoi Paul ne lui ferait-il pas jouer le rôle de Robert? Ainsi dit, ainsi fait ; on habille Ganard en « homme du monde » et on le présente comme étant le baron de Chenevière à l'oncle et à la tante Bayard. Mais voici
que revient le vrai Bobby : la jeune motocycliste, en effet, n'était autre que Minne. On juge de l'embarras de Paul Sénac et aussi du pauvre Ganard obligé à jouer le rôle du baron.
Acte II.
Minne et Bobby sont deux originaux. La première n'épousera qu'un homme qui saura la faire frissonner en lui disant « Je t'aime ! » Bobby lui, veut être aimé sans que l'on sache qu'il est baron. Et c'est pour cette raison qu'il se fait présenter sous le nom de Goujon. Il se montre taquin avec la jeune fille, si bien que celle-ci feint de s'éprendre de Ganard, le faux-baron. Celui-ci commet gaffe sur gaffe, s'enivre, et commet mille excentricités... Il finit par entraîner Minne, Bobby et même l'oncle Bayard à un bal d'apa-ches.
Acte III.
Le lendemain matin, fureur de Mme Bayard qui s'aperçoit que son mari et sa nièce ont découché. Retour des noceurs dans un état plutôt pitoyable. Minne furieuse de voir que Goujon a fait la cour à une gigolette, Mélina, déclare vouloir se marier avec Ganard. Or, Mélina n'est autre que la fiancée de Ganard ; c'était un stratagème employé par le vrai baron pour rendre Minne jalouse. Le procédé a réussi ; Minne finit par tomber dans ses bras tandis que Mélina retrouve Ganard avec joie. L'oncle Bayard qui s'était fait prendre dans une rafle, est délivré par son neveu Paul, et Mme Bayard est si heureuse de voir sa nièce Minne devenir baronne, qu'elle pardonne à tout le monde et délivre ses fameux chèques.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
La Semaine de Paris 21/06/1929 Critique par Auguste Villeroy.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig, 1928

Partition complète (124 p.)


Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
04/07/1950
Avec : Dachary (Lina), Ristori (Gabrielle), Lenoty (René)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs