Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

La Course à l'amour. L'acte du champ de courses

 

Photo Delphi
Extr. de : Comoedia, 03.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

La Course à l'amour. Les jockeys

 

Photo Delphi
Extr. de : Comoedia, 03.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

 

La Course à l'amour

  opérette-vaudeville en 3 actes et 5 tableaux
Texte TÉRAMOND (Guy de) (Livret)
SIGNERIN (François) (Livret)
Musique GUTTINGUER (Roger)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 77 jours
Cigale 02/07/1920 - 16/09/1920 P 77 Création
Distribution à la création
Mme PERRIAT (Jeanne) Ginette
Mme ADER (Jane) Jane
Mme CARLISLE (Gladys) La Capitaine des girls
M. CAZALIS Rigobert
M. GEORGÉ (Ernest) Le Prince Oscar
M. DESPAUX (Geo) Alfred
Mme ARLETTY Marie / Spinelli
M. LOCHE (Marcel) Albéric / le garde municipal / Léon
M. ROBERDY (Aimé) Jacques
Mme JENNKY (Janine) Annette
M. FERDAC Le garçon d'ascenseur / 1e turfiste / le compère
M. DELIGNY 2e turfiste

chorégraphie STICHEL (Mme)
costumes PAQUIN (Joseph)
décors ROTTENSTEIN
décors HACKSPILL
direction musicale GARNOT (Pierre)
mise en scène BAY (André)

Programme
1920 Cigale
Coll. Henri Ponchon

Cette pièce n'a aucun rapport avec la pièce homonyme composée en 1942 par Guy Lafarge.

Elle vit les débuts dans l'opérette d'Arletty, après un galop d'essai dans la revue "CGT roi" l'année précédente, aux Capucines.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Ginette, petite actrice des Folies, est entretenue richement par le prince Oscar, un joyeux fêtard. Mais celui-ci a une manie : il veut se donner l'illusion d'être aimé pour lui-même. Il faut qu'on le cache dans un placard, sous prétexte de l'arrivée de l'ami sérieux, et il en sort un quart d'heure plus tard plein de jeunesse. Mais, cette fois, le prince y est oublié. Jane de Ligny, s'imaginant à tort que son mari est l'amant de l'actrice, est venue le lui réclamer et, pour la consoler, Ginette la conduit chez son régisseur qui est en même temps détective privé et qui se charge de filer Jacques.

Alfred, secondé par le souffleur des Folies, Rigobert, fait tous les métiers régisseur, impresano, détective privé, son mari la trompe. Une visite inopinée de Jacques de Ligny, bookmaker... II promet à Jane qu'elle saura avant le soir si qui vient pour jouer un cheval, lui apprend que celui-ci a rendez-vous le jour même à Longchamp avec sa maîtresse. Cependant, Ginette, lâchée par son amant, à la suite de l'incident du placard, vient demander également à Alfred son aide pour le reprendre. Or, le prince est là avec les girls anglaises d'Alfred. Qui le sauvera ? Rigobert qui, ayant revêtu une livrée de chauffeur pour suivre Jacques, la donne au prince.

Le prince devenu chauffeur a été forcé par la police de conduire Jacques et sa maîtresse à Longchamp. Or, comme ceux-ci vont être pincés par Jane, Rigobert pour faire concurrence à son patron se résout à les sauver, ainsi que le prince qu'Alfred fait retrouver à Ginette. Il reprend la livrée au prince et la donne à Jacques. Et c'est lui qui reçoit héroïquement les coups d'ombrelles des deux femmes qui le prennent, sous la livrée de chauffeur qu'il a réendossée, l'une pour son amant, l'autre pour son mari.

Jane est venue voir Ginette aux Folies, suivie par le prince qui, depuis Longchamp, lui emboîte le pas. Mais comme il se montre trop empressé, elle le griffe. Scandale, la revue est interrompue, on éclaire la salle ; Jane aperçoit son mari dans une avant-scène avec sa maîtresse ; Ginette, qui est en scène, voit son amant. Tohubohu général.

Le prince emmène Jane, qui veut se venger, à l'Abbaye de Thélème et Ginette en fait autant de Jacques. Les deux couples soupent chacun dans un coin de la salle, à l'abri d'un paravent discret. Mais Alfred et Rigobert veillent. Déguisés, l'un en maître d 'hôtel, l'autre en tzigane, ils se sont jurés de racommoder les amoureux. Et, s'associant après s'être combattus, ils y réussissent dans cette amusante Course à l'Amour.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
Comoedia 03/07/1920 Critique par Max Viterbo.
La Presse 21/07/1920 Article.
Vedettes 19/09/1942 Article.
La Vie Parisienne 30/09/1942 Article par Henri Contet.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs